Agenda

Si l’œuvre peint d’Albert Raty est bien connu, sa production graphique était jusqu’ici restée dans l’ombre. L’exposition organisée par le Musée ducal répond à cette lacune et permet, grâce aux quelque septante-cinq dessins présentés, pour la plupart inédits, de lever le voile sur la partie la plus intime de sa production, l’héritage qu’il a toujours gardé avec lui et qui révèle non seulement son processus créatif, mais aussi ses pensées et sa personnalité.

Production peu explorée et donc partant moins appréciée, ces « papiers illustrés » n’en dévoilent pas moins un réel talent de dessinateur. Ils laissent supposer que l’art graphique ne fut pas seulement pour Raty une activité préparatoire mais bien un travail à part entière. En réalité une véritable passion qui remonte à l’enfance et qui ne se démentira jamais tout le long de son existence.

Le parcours de l’exposition prend en considération l’ensemble de l’œuvre graphique de Raty ; lequel assignait au dessin de nombreux rôles, ce qui explique la grande variété de ses feuilles. Trois sections se déploient autour de l’idée de l’intimité.

Intimité créatrice d’abord avec le dessin préparatoire. En tant que peintre, le trait était pour lui la nécessaire matérialisation de « l’idée », traduite ensuite par la couleur. On ne sera dès lors pas étonné d’apprendre que l’artiste réalisait beaucoup d’études, des premières pensées rapides aux dessins préparatoires fouillés. Onze toiles exceptionnelles, dont certaines s’offrent pour la première fois au regard public, illustrent cette lente métamorphose du trait à la couleur. Quatre de ces œuvres sont en outre présentées avec leurs études préparatoires.

Intimité personnelle ensuite. A considérer la collection de dessins réunis, il est apparu que si les paysages n’étaient pas oubliés, la figure humaine, elle, constituait le centre de la production graphique de Raty. Un parcours thématique, laissant souvent filtrer l’intimité personnelle de l’artiste, propose de découvrir des visages et des corps de toute nature composant une singulière « comédie humaine ». Le visiteur découvrira l’artiste en chroniqueur fin, perspicace et spirituel de la société de son temps. Les caricatures et les dessins d’humour, à dimension souvent autobiographique, en seront le meilleur témoignage.

 

Mais le vrai visage de l’artiste, le visiteur le découvrira dans l’art du portrait, auquel se consacre le troisième espace. Pratiquée avec une maîtrise remarquable, la transcription dessinée de ses semblables sera pour Raty une activité privilégiée non dépourvue de sociabilité. Atteint de mutité-surdité, le dessin sera en effet pour lui un vecteur de communication puissant qui l’unira aux autres, amis ou anonymes.

Assurément, celui qui se plaît à voir seulement en Raty le peintre de l’Ardenne sera surpris par cette exposition inédite. L’éloquence de sa main lui révélera non seulement une œuvre intéressante mais aussi l’être passionnant qu’il était : solitaire et plein de flamme, fier et gentil.